« DEFAIRE SON DEUIL »

(Lire cet article vous demandera un peu de temps : merci de le prendre,             ou en tout cas merci d’être passé par mon site  n’hésitez pas à le faire vivre ! )

Parce qu’il y a des périodes un peu plus difficiles que d’autres, il est parfois bon d’écouter et d’accueillir la réflexion de certains  spécialistes :                                  « “Faire son deuil’ est un paradoxe absolu, écrit Anne Dufourmantelle, le deuil est par excellence un moment d’impuissance. Un événement réel nous percute, et nous n’y pouvons rien. Or le verbe “faire” sous-entendrait qu’on pourrait y opposer un acte, une volonté, quelque chose… Malgré nous, nous avons toujours besoin de croire que nous pouvons agir devant un événement. Aussi révélatrice soit-elle, cette expression m’apparaît néanmoins inappropriée. Car il semble que, dans le deuil, tout le travail consiste plutôt à aller dans le sens de l’impuissance, de l’acceptation de la perte. Il s’agirait plutôt de “défaire son deuil’ »*

Les propos d’Anne Dufourmantelle philosophe et psychanalyste française (née en 1964) peuvent apporter un éclairage rassérénant lorsqu’on traverse une période troublée par la perte d’un être proche.

Je vous propose –si vous en avez envie, besoin, de partager d’autres de ses  propos, tenus dans la revue « Philosophie » il y a quelques années :

« Les tombes, sépultures, actes juridiques, testaments retrouvés, lettres d’adieu ont un rôle : tous ces marqueurs extérieurs aident le sujet à se délivrer d’en être le seul dépositaire. Ils rendent le deuil dicible (exprimable) et partageable. Dans les thérapies, on constate qu’aller se recueillir sur une tombe, faire rétablir un nom d’enfant mort oublié, entretenir la mémoire peuvent être des moments clés d’une cure. C’est la reconnaissance pour un vivant qu’il peut laisser aller le mort à sa mort et accepter la vie. »*

La mort a souvent une place un peu taboue dans notre société : cela –et à juste titre- dérange.

Certaines personnes évitent les endeuillés (ce n’est pourtant pas une maladie contagieuse) ou elles ne savent pas vraiment quoi dire, alors que le plus simple est d’écouter de façon disponible sans conseil sans jugement celui qui vit la disparition de l’Autre. La peine est lourde à porter : un moment, un geste, un mot un sourire en allège le fardeau !

La société, pour suppléer à notre fragilité due à ce moment douloureux, propose une aide …commerciale!    Et avec condescendance ce commerce nous dépossède parfois de nos propres missions. Pourtant celles-ci nous aident à avancer vers l’acceptation. Comme dans tout deuil on sait qu’il faut plus ou moins passer par les phases* de déni, de colère, d’expression, de dépression qu’entraine le constat, ou, la nouvelle d’un décès avant d’accepter la perte de  cet Autre !

Croyant ou pas à la vie après la mort , chacun parcourt son chemin intérieur du deuil à sa façon, c’est un parcours mystique mais surtout irrationnel : nous pensons que nous avons intériorisé la mort de celui qu’on aimait , que ça va mieux, et, tout à coup une vague émotionnelle  nous submerge comme ça de façon quasi inexplicable. Ou encore au cœur de ces nuits sans fond, un rêve, où  passé présent futur s’entremêlent, nous éveille, abruptement, le manque est cruel, on est là comme au-dessus du vide : angoissant, angoissé.e !

Il n’y a pas de bonnes ou mauvaises manières pour entreprendre ce cheminement personnel, vers ce, qui de toute façon ne sera plus jamais tout à fait comme avant ! La patience et le courage de donner du temps au temps, aident bien sûr à l’atténuation de la douleur  (étymologie du mot deuil) :        mais chacun, avec ce qu’il est, ce qu’il a reçu, comme il a vécu, chemine à son rythme : ce qui est sûr c’est que la route est longue, chaotique  et qu’aujourd’hui prendre le temps de vivre de tels événements n’est pas forcément accepté, acceptable !

Il ne s’agit pas, bien sûr d’être dans l’affliction permanente dans le désarroi et les larmes (qui par ailleurs, libèrent)  non : on peut même s’autoriser à être heureux mais  il s’agit de s’écouter pour ne pas refouler ce chagrin, de parler (même seul.e) pour ne pas bloquer ce « travail » nécessaire, de faire évoluer l’attachement que l’on avait avec la personne disparue pour en faire de façon résiliente une source d’énergie et reprendre le goût du risque de la vie !

Anne Dufourmantelle était une de ces femmes qui aimaient prendre des risques : «  La vie tout entière est risque. écrivait-elle . Vivre sans prendre de risque n’est pas vraiment vivre. C’est être à demi vivant »: elle en avait même écrit un livre recommandable : « l’éloge du risque » **!

Malheureusement ,c’est en voulant sauver deux enfants de la noyade qu’elle a trouvé la mort l’été dernier dans le Var : Aujourd’hui je dois une certaine reconnaissance à ce qu’elle a su léguer à nous ses lecteurs qu’elle aide encore au-delà de sa disparition !

 

Sylvie Etiève

Article du 18 novembre 2017

 

Je dédicace cet article à ma mère Claudine à qui je dois tout ce qu’un enfant doit à sa mère quand elle a été ce qu’elle fut :

« Maman,  avec papa, comme sur la balançoire de notre portique, vous nous avez poussés dans la vie avec ce va-et-vient nécessaire au cheminement vers l’âge adulte. Aujourd’hui une corde de la balançoire se casse : la chute, bien que prévisible fut-elle, est un peu brutale pour nous tous ! Mais on réagira car vous nous avez insufflé suffisamment d’Amour pour nous relever et                                                          avancer. »                   (Extrait du texte d’hommage -SE)

 

  • *Source : Magazine Philosophie Octobre 2014 – Anne Dufourmantelle
  •   **Les travaux d’Elisabeth Kübler-Ross font retenir 5 étapes d’un deuil :   
  •        le déni, le colère, l’expression/marchandage, la dépression, l’acceptation. 
  • ***L’éloge du Risque: Anne Dufourmantelle  Éditeur : PAYOT ET RIVAGES 

10 réponses sur “« DEFAIRE SON DEUIL »”

    1. Merci Cath.
      Tu vois elle m’inspire : mais tu as raison : le manque est difficile !
      Son souvenir restera à jamais gravé en nos cœurs en nos corps !
      Allez profitons du trésor d’avoir une fratrie sur laquelle on peut s’appuyer !

  1. Oui Sylvie…
    « plus jamais comme avant » mais le temps, et il en faut beaucoup, apporte de l’apaisement mais jamais l’oubli.
    Merci pour ce bel article.

    1. Oui c’est vrai Joëlle et chacun porte en lui le souvenir de l’Autre: cet Autre qui à la fois l’a quitté mais ne le quittera jamais !
      Merci pour ton compliment

  2. S’autoriser à être heureux, sans oublier. J’ai lu l’hommage à votre maman dans le journal, ce qui m’aide à comprendre d’où vous vient ce côté humain et généreux. Le temps aide à apaiser les maux, en gardant une place dans nos coeurs. Et puis…. Si vous avez besoin de papoter… N’hésitez pas. Je vous envoie du courage et des bises.

    1. Merci Anne : oui pourquoi pas papoter un de ces jours : avec grand plaisir !
      J’ai eu un message de notre famille tant aidée, grâce à vous, l’an passé : touchant, touchée !
      Plein de belles choses à vous et aux filles .
      A bientôt.

  3. Je n ai pu résister à lire ton article même tardivement
    Que de vérité … vécues cruellement dans mon cas.
    Merci tes propos m aident à avancer
    Je t embrasse

    1. Le mot le plus parlant dans ton commentaire est « cruellement » : je t’offre un autre extrait d’Anne Dufourmantelle qui te caractérise: »Quand nous souffrons de ce qui fait symptôme, nous croyons que cette souffrance nous empêche de vivre, alors qu’en réalité elle négocie pour nous le prix de la réalité. » Continue ainsi avec toute la résilience que tu sais mettre dans cette nouvelle vie. Tu es un exemple ! Et comme tous tu as droit à tes moments de doute. Merci pour ton message.

  4. Une silhouette au détour d’une rue, un paysage, une expression, vous rappelleront votre maman, et la tristesse vous submergera sans prévenir.
    Puis, lentement le temps fera son travail et la peine laissera sa place au souvenir.
    Lentement, inexorablement

    Avec toute mon affection

    1. Merci Karine pour ses paroles poétiques : Oui prendre le temps de laisser passer le temps apaise.
      J’espère que votre nouvelle Aventure se passe avec délice : peut-être à un de ces jours pour en discu-thé 😉
      Bien amicalement
      Sylvie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *